WEB

Seo, webmarketing, Wordpress, Buzz, des dizaines de sujets sur l'actualité web.

Conseils pour réussir son projet d’infogérance ?

L’infogérance se définit en termes basiques comme le fait d’externaliser une partie ou l’ensemble du Système d’Information (SI) d’une entreprise. Cette dernière confie donc désormais à un prestataire informatique, la gestion d’un niveau de services donné qui intègre des processus, des progiciels, la maintenance applicative, etc. Elle est adoptée en France depuis une décennie déjà et appâte de plus en plus d’entreprises.

L’infogérance, une initiative délicate

infogerance

La gestion du système d’information est une tâche assez délicate qui implique un certain niveau de compétences dans le domaine informatique. Et une évolution constante se fait remarquer au niveau des services en question à savoir les parcs, les processus et autres. Tous ces facteurs ainsi que la recherche de compétences plus fraîches et les économies d’échelle sont autant de raisons qui peuvent motiver une entreprise à se lancer dans l’infogérance. Cette dernière se fait sur la base d’un contrat pluriannuel et le professionnel de services informatiques qui se voit confier la gestion a obligation de résultat. Toutefois, cette option d’externalisation n’est pas sans risque. En effet, l’entreprise n’est plus complètement autonome puisqu’une partie de son savoir-faire est désormais sous le contrôle d’une tierce entité. Quelques précautions doivent donc être prises pour réussir l’externalisation.

Avoir une bonne maîtrise de son projet et bien choisir son prestataire informatique

Avant tout, il faut bien intégrer la notion selon laquelle une infogérance est un projet en bonne et due forme. Il s’impose donc, avant tout, d’avoir une bonne connaissance de la situation de départ. Pour cela, l’entreprise doit trouver un moyen d’établir une méthodologie permettant de maintenir la force décisive des démarches ultérieures. Dans cette optique, il serait idoine que l’entreprise désigne un maître d’œuvre ayant la tâche d’établir et de suivre la stratégie définie. Celui-ci doit, en outre, maintenir un contact constant avec le prestataire ; lequel doit être choisi judicieusement. Procéder à un appel d’offres est, d’ailleurs, l’étape primaire avant le choix du partenaire. Un cahier de charge doit être rédigé pour servir de référence et doit contenir les éléments suivants : la description complète des services externalisés, une précision claire des rôles du client et du prestataire, les attentes et exigences du client puis les critères permettant d’apprécier la prestation.

L’obligation de résultat et la facturation sur des éléments significatifs

Les benchmarking est une très bonne option pour suivre l’évolution des services sollicités. Ces indicateurs de pilotage qualité fonctionnent avec l’application de pénalités financières qui se lance lorsqu’il y a non-conformité avec les prestations escomptées. Par ailleurs, il faut veiller à ce que la facturation ne soit pas fondée sur des unités informatiques ayant peu d’importance telles que la mémoire vive ou le CPU. Des facteurs significatifs doivent plutôt constituer les bases sur lesquelles la facturation est effectuée. A titre illustratif, la dimension des bases de données, le nombre d’utilisateurs impliqués, etc.

NB : Il est primordial de savoir satisfaire le prestataire à la mesure des services qu’il fournit. Chaque partie doit être gagnante et la flexibilité est une notion importante dans toutes les relations contractuelles. En tant que client, il faut donc savoir rester rationnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *